Carré Curieux, Cirque vivant!
FR NL EN ES

La mort au bout de la balle


Jongleries, perfusions, bulles de savon et l’ultime en question.
Cirque
Radicalement différente du premier spectacle, créé en 2009, empreint de joie, chaleur, nostalgie, générosité et androgynie, la nouvelle création de la compagnie belge Carré curieux évoque " Le Passage ", celui que chacun redoute, lors du festival Hors Pistes qui se déroule jusqu’au 9 mars aux Halles de Schaerbeek. De mort, il est donc bel et bien question tout au long de cet opus circassien dont la vidéo, très présente en art contemporain, devient un agrès à part entière. Epurée, esthétique, poétique et inventive, celle-ci crée cependant souvent une distance entre la scène et la salle. Et si l’ingéniosité technique fascine, ce sont les solos qui se seront montrés les plus émouvants lors de ce " Passage " tout en douceur.
Où la mort ressemble à un bain bleu-vert d’eau tiède et repasse le film d’une vie, de ses moments heureux surtout, de la rencontre amoureuse, de la transmission et de l’éternel recommencement. Autant d’images projetées au travers de bulles de savon par un étonnant procédé et lors d’un rituel funéraire surréaliste. Mais ne brûlons pas les étapes, ne passons pas trop vite de l’autre côté même si, d’emblée, avec cette image de perfusion et les deux périactes, inspirés du théâtre antique, pour unique décor, la fin semble inéluctable pour le Passager, Luca Aeschlimann, seul et nu face à son angoisse, malgré l’apparente toute puissance de son corps. Pour l’aider à traverser, il croisera le Guide, Vladimir Couprie, tout de noir vêtu et anxiogène malgré tout. Pendant qu’en coulisse œuvre l’invisible, Pedro Miguel Da Silva. Avant d’arriver de l’autre côté, se jouera un face-à-face ludique avec dame la mort à coups de balles ou de diabolo-toupies. S’invitera surtout la liberté. Et des lâchers d’avions de papier d’une étonnante précision.
Sénèque
Pourquoi parler de la mort au cirque ? D’abord parce que, comme l’écrivait Sénèque, " il faut apprendre à vivre tout au long de sa vie et, ce qui t’étonnera davantage, il faut, sa vie durant, apprendre à mourir " .
La notion, et surtout la crainte du grand final, est bel et bien présente au cirque, surtout dans l’esprit des acrobates qui embrassent sans cesse le danger. Mais, le jongleur, lui, que risque-t-il, sinon de perdre la balle et la face ? Le jongleur, comme l’explique l’équipe de Carré curieux, a la chance de pouvoir métaphoriser ce risque, ce rapport à la mort. Tel est l’objectif de ce projet-ci, mis en scène par Philippe Vande Weghe.
Pour étayer leur spectacle, les artistes se sont beaucoup inspirés du travail de la psychanalyste Elisabeth Kübler-Ross (1926-2004) qui a fait de nombreuses recherches sur ce passage et pour qui il n’est pas une rupture mais un stade de croissance.
Ils ont aussi lu ou écouté plusieurs témoignages d’ " expériences de mort retour " ("near death experience"). Des témoignages, véridiques ou non, peu importe aux yeux des artistes, mais qui tous traduisent des sensations de douceur, d’amour et l’intensité du souvenir, une rencontre avec un " Etre de lumière ".
Autant de quêtes qui ont permis de donner une image plus sereine de la mort au fil d’un discours épuré et léger malgré la gravité du propos. Un vrai défi.

Laurence Bertels Publié le 26-02-2013 LA LIBRE BELGIQUE LIRE L'ARTICLE

Griet Deschamps, Coordinateur Humorologie vzw – Festival van Verwondering 


Vous nous avez offert de magnifiques spectacles.


Notre public vous a désigné comme étant le meilleur spectacle du festival.

Et c'est un public exigeant !

Griet Deschamps, Coordinateur Humorologie vzw – Festival va LIRE L'ARTICLE

Un regard fantastique sur la vie, la mort et l’au-delà.


La vie est trop courte et il serait bien dommage de mourir sans avoir vu ce spectacle...
Pour moi, ce spectacle fut le meilleur du Festival « Humorologie » 2013...

« Le Passage » est un petit bijou de spectacle dans lequel Luca Aeschlimann (jongleur) et Vladimir Couprie (diabolo-toupie, bulles), deux artistes de cirque de haut niveau, utilisent des techniques de cirque traditionnelles pour créer un monde d’émerveillement...

Ce spectacle sans paroles vous laisse bouche bée et les mots manquent pour raconter leur histoire.
Superbe éclairage, de belle images, une belle musique, de l’originalité et une passion pour leur discipline de cirque.
Délicieux à voir, ce spectacle est une perle...

Le public, ayant pu passer une moment dans l’univers de rêves du Carré Curieux, récompense les artistes par une « standing ovation ». Après un tel spectacle, vous sortez avec un grand sourire et vous n’entendez rien que des commentaires positifs.

Johan Vanhie - Straattheater.net, le 4/07/2013 LIRE L'ARTICLE
130228_rdl_0036.jpg PASTC31.jpg PASTC35.jpg 130228_rdl_0017.jpg 130228_rdl_0027.jpg 130228_rdl_0123.jpg 130228_rdl_0230.jpg rdl_0422.jpg rdl_0489.jpg rdl_0475.jpg 130228_rdl_0325.jpg rdl_0445.jpg rdl_0434.jpg rdl_0314.jpg PAS2.jpg PASTC1.jpg PASTC15.jpg PASTC21.jpg PASTC28.jpg PASTC39.jpg
Mentions légales - Webmaster : adooms.com